Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Champagne!

Champagne!

Philharmonie, 25 octobre 2015.

La salle est toute blanche, pleine de fumée. Au début on ne comprend pas trop pourquoi, puis on imagine que c’est pour l’ambiance. Curieux. Il y a du monde pour entendre du Higelin. Vraiment beaucoup de monde. Sympa la Philharmonie de vendre plus de billets que de places. Beaucoup se retrouvent debouts ou assis sur les marches. Mais soit, ça fait rock’n’roll, ça promet un show qui bouge. Sur scène, peu de choses. Une batterie, un piano, des guitares. Deux grands panneaux tombent du plafond en fond de scène au cas où quelqu’un aurait oublié les paroles du tube éponyme du concert.

Que des femmes ce soir. Tour à tour, elles se passent la scène, accompagnées par une batteuse, une bassiste, une guitariste, une pianiste. Les transitions sont des citations de Jacques, c’est bref, on n’a pas le temps de tout saisir. « Jacques a dit », très bien, mais on ne comprend pas bien pourquoi telle ou telle phrase est choisie.

Devant nos yeux : d’avantage un concert qu’un spectacle. On ne retrouve pas la mise en scène surprenante ni le jeu théâtral bluffant auxquels on aurait pu s’attendre connaissant le personnage mis à l’honneur. La lumière fait le show avec de beaux effets de balayage de scène et de beaux jeux d’ombres derrière le panneau. Mais on reste un peu sur notre faim.

Quelques petits problèmes techniques de son coupent à plusieurs reprises les voix, laissant uniquement les retours. On ne l’aurait même pas remarqué si seulement nous étions tout à fait captivés… Ce n’est pas important, mais je me surprends à le noter, comme une petite vieille qui s’ennuie, à l’affût du faux pas.

Ne soyons pas sévères. Les chanteuses réinvestissent de façon originale les mélodies d’Higelin suivant leur personnalité musicale, et le tout ronronne bien, le spectacle est propre, trop propre? Certaines des artistes se lâchent plus que d’autres. Jeanne Cherhal réveille la salle quasi hypnotisée par la brume ambiante avec une reprise très fidèle de Tombé du Ciel, et l’on s’en réjouit. Ca décoiffe. La grande brune aux cheveux courts enflamme la salle, si rayonnante à son piano. Tout le public chante. La Grande Sophie saura aussi ranimer les comateux avec la réinterprétation très rock de Pars. Quant à Catherine Ringer, la maman distinguée du groupe n’est qu’une seule fois au devant de la scène. Et encore, sous cape et capuche. On espérait la voir plus.

Le final arrive vite. Elles se retrouvent toutes autour de Champagne, au milieu des bulles. On est surpris que ce soit déjà la fin. On n’a pas eu le temps d’être pompette. Heureusement, le Jacques a tout vu et monte sur scène, ému, sincère. Les applaudissements sont longs, les mots de Jacques spontanés. Il embrasse ses muses : Jeanne Cherhal, Camélia Jordana, Katel & Maissiat, Raphaële Lannadère, Sandra Nkaké, Catherine Ringer et La Grande Sophie.

Le public n’attend alors plus qu’une chose, c’est palpable. Et l'artiste honoré finit par entonner un petit Champagne improvisé a capella. C’est un peu bricolé, attendrissant. Pas sûr d’arriver au bout de la chanson … Mais la fidèle Catherine l’épaule jusqu’à la dernière goutte de Champagne !

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Louise


Voir le profil de Louise sur le portail Overblog

Commenter cet article

Marc 26/11/2015 07:09

Hello. Un super article sur ce concert. Tu donnes envie à tous ceux qui n’ont pas pu y assister. Une merveilleuse illustration.