Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Mort d'un pigeon

Il bougeait encore un peu, il a essayé de déployer son aile, il a abandonné. Allongé sur le côté, sur le béton gris. Au milieu des voitures, de tous les passants, dans le bruit de la ville. Il fait moche, il fait triste.

J’étais témoin de son agonie. Moi, assise dans le bus, je le voyais lutter et abandonner. S’abandonner à la mort. Ca m’a fait beaucoup de peine. Mon cœur s’est serré.

Aux premières loges de sa mort : un homme en scooter. Le casque sur la tête, il est resté à l’arrêt à côté de lui, à la regarder fixement. Je ne sais pas s’il avait le cœur serré comme moi ou s’il le regardait juste mourir, par curiosité. L’homme au scooter ne bouge pas. Il n’est pas descendu de son scooter mais c’est comme s’il était paralysé.

Peut-être hésitait-il à l’aider. Mais à quoi bon de toute façon. Qu’est ce qu’il aurait pu faire ? Il a forcément du être sensible à son regard. Un regard plus humain que tout ce qui l’entoure à ce moment précis. Le pigeon mourant le regarde et nous regarde. Sans parler, sans crier, il arrive à dégager la plus belle tristesse du monde.

L’homme l’a observé longtemps. Et puis le bus est parti.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Louise


Voir le profil de Louise sur le portail Overblog

Commenter cet article